Un jardin de pluie, pourquoi pas?

Depuis longtemps, dans nos villes, la pluie est considérée comme une nuisance qu’il faut gérer afin de l’éliminer au plus vite : elle est captée, canalisée et acheminée vers les égouts collecteurs. Pourtant, l’eau est une ressource essentielle qui nous rend de grands services si nous savons en tirer profit. La création d’un jardin de pluie vous permettra de faire un meilleur usage de l’eau de pluie tout en enjolivant votre terrain.

Vous pouvez créer un ou plusieurs jardins de pluie sur votre propriété, en tenant compte de différents facteurs comme l’emplacement des gouttières, la capacité d’absorption du sol et l’ensoleillement. Le jardin de pluie est formé d’une dépression, vers laquelle l’eau est dirigée afin de lui permettre de s’infiltrer lentement dans le sol. La profondeur et la grandeur de la dépression varient en fonction de la capacité du sol à laisser l’eau s’infiltrer et des volumes d’eau à retenir. Plus un sol est imperméable, plus il faudra prévoir une grande surface afin de retenir l’eau. Toutefois, il est important de s’assurer que l’eau qui pourrait déborder lors de gros orages s’écoule de façon sécuritaire, en s’éloignant de la maison.

Le choix des plantes pour l’aménagement du jardin de pluie doit se faire en fonction de l’ensoleillement. Ainsi, si le jardin est situé à l’ombre, il restera probablement humide même entre deux pluies. Des plantes de milieux humides et ombragés, comme les fougères ou le sceau de Salomon, sont alors de bons choix. Pour les secteurs ensoleillés, il faudra plutôt choisir des plantes pouvant tolérer des conditions d’humidité très variables. Les iris, le cornouiller ou les saules sont de bons exemples. En choisissant des plantes bien adaptées, vous pourrez créer des belles plates-bandes ne nécessitant aucun arrosage l’été!

Carole Labrecque
Architecte paysagiste