Grâce à l’implication des propriétaires au fil des ans, le mont Rougemont est aujourd’hui un important site de biodiversité au Québec

Les propriétaires de terrains privés du mont Rougemont ont à cœur la conservation de leur forêt. Les aménagements qu’ils ont réalisés au fil des ans ont permis de préserver ce site exceptionnel. Depuis plusieurs années, l’Association du mont Rougemont et Nature-Action Québec les accompagnent afin de les outiller et de leur permettre de tirer profit du joyau qu’ils ont entre leur main.

Dans la dernière année, l’équipe a, entre autres, travaillé avec les propriétaires de trois écosystèmes forestiers exceptionnels, permettant de trouver une vaste érablière à caryers. On y a recensé plus de 350 caryers ovales, ou dit noyers tendres. Il s’agit d’une découverte exceptionnelle considérant la rareté de cette espèce en Montérégie; une région où la forêt disparaît à vue d’œil. L’équipe de botaniste a également confirmé une nouvelle population de phégoptères à hexagones, une fougère très rare dont l’habitat est souvent associé aux Montérégiennes. Cette trouvaille confère au mont Rougemont une importance provinciale pour la conservation et le rétablissement de cette espèce.

Également, seize propriétaires intéressés ont reçu un cahier d’information sur les spécificités de leur terre et cinq propriétaires ont été visités par un technicien forestier qui a réalisé deux plans d’aménagement multiressource. Ce plan d’aménagement leur permettra de mieux aménager leur forêt en fonction des éléments sensibles du milieu.

Parmi la diversité d’animaux qui fréquentent le mont Rougemont, on retrouve le raton laveur, le renard roux, le vison d’Amérique, le cerf, le coyote, la loutre de rivière et le pékan. Ce dernier a pris la vedette cette année, alors que le technicien de la faune, Jérôme Laliberté, a confirmé sa reproduction sur le mont Rougemont avec l’observation d’une jeune femelle à Saint-Damase.

De plus, plusieurs brochures ont été distribuées aux propriétaires. Celles-ci concernaient les habitats des oiseaux et des amphibiens, les moyens de soutenir une faune diversifiée et le maintien des habitats en bordure la montagne, notamment pour les oiseaux de proie et le faucon pèlerin.

Bref… ce fut une année de belles découvertes pour les propriétaires et l’équipe de Nature-Action Québec.

Pour avoir plus d’information, communiquez avec Olivier Morisset de l’Association du mont Rougemont au 450 779-2725 ou visitez www.montrougemont.org             

Ces activités sont rendues possibles grâce à la participation du Gouvernement du Canada, de la Fondation de la faune du Québec, du ministère de Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec, de la conférence régionale des élus de la Montérégie-Est, de donateurs et de propriétaires de terres à bois.