Chronique habitude de vie : J’suis pas sportive, mais je vais à l’école à pied!

Termes:

Première journée d’école, un enseignant en éducation physique demande à ses étudiants s’ils sont sportifs… 

-Oui, moi j’aime le basket, moi je joue au soccer, je danse, je nage…
-Et toi Élodie ?,  demande l’enseignant. 
-Non, moi je ne suis pas sportive, répond-elle.
-Mais tu marches pour venir à l’école, non?
-Oui je marche matin, midi et soir.
-Combien de temps est-ce que ça te prend pour venir à l’école?
-Environ 15 minutes, ou 10 minutes si je suis en retard!
-Alors tu fais du sport environ 1 heure par jour, ce n’est pas rien.
-Qui fait du sport cinq heures par semaine ?, demande l’enseignant.

En 2008, il a été estimé que seulement 30 % des enfants marchaient pour se rendre à l’école ¹, alors qu’en 1971, 80 % des enfants s’y rendaient à pied².

Les statistiques sur l’état de santé des enfants sont inquiétantes : Près d’un enfant sur quatre présente un excès de poids. Ici on ne parle pas nécessairement d’obésité, mais d’un excès de poids ³. 

Selon la direction de la santé publique, « Chaque kilomètre parcouru à pied sur une base quotidienne est associé à une diminution de presque 5 % de la probabilité d’être obèse » ⁴. 

Or, on sait que:

  • L'activité physique quotidienne favorise la concentration et l'apprentissage ⁵.
  • Les activités à l’extérieur de l’école sont coûteuses.
  • Les écoles ont de plus en plus de pression d’intégrer plus d’activité physique dans le cadre scolaire, alors qu’il y a tant à faire au niveau académique.

La marche et le vélo sont des activités peu coûteuses (de bonnes chaussures et un vélo) qui permettent à l’enfant d’arriver à l’école oxygéné, réveillé et mieux disposé à apprendre. On le dit souvent… quoi de mieux que de l’air frais pour commencer une journée.

Nous savons tout cela, mais que faire maintenant pour renverser la tendance ?

  • Qu’est-ce qui va m’inciter, comme parent, à implanter cette pratique dans la routine de la maison? 
  • Qui va mettre de l’avant ce mouvement en impliquant d’autres parents?
  • Comment l’école ou la municipalité pourrait faciliter ce passage vers des enfants en santé? 
  • Comment donner à nos enfants cette chance de prendre de saines habitudes de vie dès leur plus jeune âge?

Heureusement, quelques solutions se pointent le bout du nez :

Pour plus d’information, visitez aussi :

www.cqpp.qc.ca/fr/priorites/transport-actif-securitaire-des-jeunes

www.usherbrooke.ca/feps/accueil/nouvelles/nouvelles-details/article/15612/

¹ (Université de Montréal. 70 % des écoliers ne marchent pas pour se rendre à l’école. Nouvelle@UdeM: 3 décembre 2008)
² (Kino-Québec)
³. ( Mongeau, L., N. Audet, J. Aubin et R. Baraldi (2005). L’excès de poids dans la population québécoise de 1987 à 2003, Québec, Institut national de santé publique du Québec et Institut de la statistique).
⁴ (Direction de la santé publique de Montréal. Le transport urbain, une question de santé. Rapport annuel 2006 sur la santé de la population montréalaise. Agence de la santé et des services sociaux de Montréal. Québec : 2006).
⁵. (Je Bouge : accompagnement professionnel des enseignants de l'école primaire l'Écollectif dans la mise en œuvre d'un programme d'activité physique quotidien (MELS-2012-2014).
Chercheur principal: Sylvain Turcotte, Ph.D., Université de Sherbrooke)

sonia.lussier [at] nature-action.qc.ca (Sonia Lussier), responsable des communications
Nature-Action Québec