Un vent de fraîcheur pour Verdun

Réchauffement climatique impose : les années à venir seront de plus en plus chaudes, et les canicules plus intenses et plus fréquentes. Dans certains quartiers urbains, comme l’arrondissement Verdun à Montréal, ces périodes de chaleur excessive peuvent entraîner des conséquences dramatiques. Une des principales raisons : la formation d’îlots de chaleur souvent attribuable à la rareté de la végétation .[C1] Sans endroit où se réfugier pour faire réserve de fraîcheur, certains citoyens plus vulnérables, comme les tout-petits, les aînés ou les personnes atteintes de maladies chroniques, sont plus susceptibles d’éprouver d’importants problèmes de santé. Dans certains cas, les conséquences peuvent être fatales.

Afin de contrer les effets néfastes de cette accumulation excessive de chaleur, Nature-Action Québec et ses partenaires de l’arrondissement de Verdun travaillent actuellement à la mise en œuvre de différents projets pour reverdir le quartier et créer diverses zones de fraîcheur.

C’est ainsi que, dans le secteur Wellington-de l’Église, plus de 600 arbres seront plantés dans les rues du quartier. Des ruelles vertes seront aussi aménagées, en collaboration avec la Société de verdissement de Montréal et des comités des citoyens.

Ce n’est pas tout : les citoyens de Verdun bénéficieront aussi d’une toute nouvelle Place fraîcheur! Véritable oasis pendant les périodes de canicule, cet espace public hébergera des abris ombragés, des arbres, des aménagements horticoles et des jeux d’eau afin de maximiser les aires de rafraîchissement. Voilà une idée bien simple, mais qui fait toute la différence : reverdir Verdun pour en chasser la chaleur.
Ce projet est financé par le Fonds vert dans le cadre de l’Action 21 du Plan d’action 2006-2012 sur les changements climatiques (PACC)  du gouvernement du Québec. Une subvention gouvernementale de 500 000 $ a été accordée pour la réalisation du projet. 

L’arrondissement de Verdun, pour sa part, consacrera 790 000 $ à la réalisation de ce projet, somme déjà identifiée dans son Programme triennal d’immobilisation (PTI) 2010-2012.